Maison du Coeur-de-Lion

Forum de la Maison du Coeur-de-Lion, guilde militaire et commerçante JdR sur Kirin Tor
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Journal du Seigneur Lionheart

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Journal du Seigneur Lionheart   Sam 17 Mar 2012 - 10:49


12 ème jour, du 2ème mois de la 32ème année.


Je ne relates pas les événements du jour... avec un peu de chance, il ne se passera rien aujourd'hui pour une fois. Ma jambe récemment blessée une nouvelle fois en serait reconnaissante.

Il y a près d'une semaine, environ, je suis partit en personne, accompagnée du capitaine Smith et d'une nouvelle recrue -une sois disant paladin qui n'a pourtant pas tardé à déserter, moi qui croyais que ces gens là avaient de l'honneur !-, je suis partit donc, en mission de reconnaissance.

Notre objectif était de repérer la position des réprouvés, et, si possible, d'en capturer un pour l'interroger sur la nature exacte de leur mission ici, sur leur nombre, sur leurs équipements, leurs voies de ravitaillement, etc... Nous n'avons eu aucune difficulté à les trouver. Là où passent les réprouvés ne reste que la mort et le silence étouffant qui l'accompagne. Dès lors que nous commençâmes à approcher d'un de leurs campements, plus aucun bruit d'animaux (pourtant nombreux dans la région à la fois montagnarde et forestière des hinterlands) ne nous parvinrent.

Nous avons tenter d'escalader une colline pour les repérer... et avons été réceptionnés à coup de carreaux d'arbalète. Nous nous en sommes sortis de justesse mais n'avons pas réussit à faire de prisonnier : il s'agissait de réduire les tireurs au silence avant qu'ils n'appellent à l'aide.

Blessés, épuisés, et satisfaits d'avoir repéré une de leurs positions nous avons préféré rentrer. Nous n'avions pas la moindre idée de ce qui nous attendait : là où nous avions laissés les chevaux ne restait que trois petits tas de chair sanguinolents. Pressant le pas pour rentrer à pied, nous sentions une odeur de charnier tout autour de nous... si nous pensions qu'elle venait des cadavres derrière nous, nous fûmes bien vite désillusionnés.

Devant nous, à seulement quelques kilomètres à pied du nid-de-l'aigle se trouvait, sous nos yeux écoeurés, un horrible tas de cadavres sanguinolents. Plus un corps n'avait la totalité de ses membres, plus un membre n'avait la totalité de sa chair... c'était un vrai bain de sang, la terre semblait devenue boueuse tellement elle en était imbibée ! Et au milieux de cette vision d'horreur nous pouvions distinguer le tabard noir et or de ma maison, et des restes d'uniformes de trappeurs et de forestiers. Nous venions de retrouver les éclaireurs qui ne donnaient plus de nouvelles depuis près de deux semaines. TOUS les éclaireurs... à vu de nez.

Des flèches fusèrent de partout, et nous fûmes bientôt encerclés par un grand nombre de sombres forestiers réprouvés. Le rire glauque et guttural de Redsmith parvint à nos oreilles. Il proposa un ultimatum : je me livrais, et ce qui restait de mes hommes seraient libres de retourner sauf à Hurlevent pour y couler des jours heureux tant que c'était encore possible. L'abomination qu'est devenue l'ancien capitaine nous as laissé repartir, mais il a implanté la peur dans le cœur de mes hommes.

La désertion de la paladine en est une preuve évidente, et ils sont déjà nombreux à l'avoir suivie après avoir apprit le massacre total et immonde des éclaireurs qu'il a été impossible de cacher. Je crains que sans un réel coup d'éclat sous peu, la totalité des forces, gros salaire ou pas, ne finisse par déserter. Que vaudra le cœur-de-lion, seul contre tous avec seulement quelques gardes fidèles ?

Il serait peut être temps que je m'essaye à prier la Lumière... ça semblait bien marcher pour Yvan.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Journal du Seigneur Lionheart   Sam 17 Mar 2012 - 10:49

18ème jour, du 2ème mois, de la 32ème année.


Plus le temps passe, plus je me demande si j'ai bien fait de m'engager dans cette folle aventure. Tout cet argent perdu pour des armes et autres futilités malsaines. Toutes ces vies gâchées pour quoi... ma gloire personnelle ? Ma folie. Toute cette histoire n'est que folie.

Je n'ai même pas la moindre idée de pourquoi ou comment ma garde du Lion peut m'être fidèle, quand chaque jour, les mercenaires les plus ordinaires, eux, saisissent la moindre occasion pour déserter. Mes forces et celles de ma maison s'amenuisent jour après jour. Cette visite malheureuse -encore une de mes idées idiotes- au fort du Lion a scellé mon destin. Le prêtre à été très clair... à moins d'un miracle je ne retrouverais jamais mon pied, je ne cesserais jamais de souffrir de ma jambe gauche désormais difforme, et je ne remarcherais jamais normalement.

Le "jeune lion" est devenu le "lion boiteux"... j'entends leurs chuchotements. D'aucun disent que je ne suis pas digne de commander une armée, ou même d'être à la tête de mon inépuisable fortune. Ils disent que le destin est bien cruel d'avoir confiée pareille richesse à un tel idiot. Le charmant sobriquet "bâtard brun" trouvé par mon adorable cousine il y a de cela de nombreux mois maintenant recommence à circuler parmi les rares hommes qui me restent.

Ils sont nombreux à avoir toujours foi en le cœur-de-lion.... mais ils commencent à douter que je sois digne d'en être le représentant. Il est évident qu'ils préféreraient servir un grand chevalier blond, au sourire facile et à la poigne de fer, plutôt qu'un handicapé brun capricieux et incapable de sauvegarder ses troupes. Hier encore, dans ma folie destructrice, tout le régiment d'artilleurs d'Abbeyfall s'est fait massacré par les réprouvés.

Puisse Redsmith pourrir dans l'enfer le plus profond du néant distordu !

Peut être devrais-je abdiquer de ma position de chef de la famille et tout laisser à Yvan. Oh, il commencerait par refuser, mais son sens du devoir me donnerait gain de cause : il hériterait de ma fortune, et de ma position. Je pourrais alors faire comme Mantelumière : retourner couler des jours paisibles à Hurlevent en attendant que le monde et le destin décident de ma fin... Peut être est-ce la solution ?

Je ne sais pas. Je ne sais plus ce qu'il faut faire.
Que la Lumière me vienne en aide !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Journal du Seigneur Lionheart   Jeu 28 Juin 2012 - 17:01

28ème jour du 6ème mois de la 32ème année.


"Pourquoi ?"... cette question me trotte dans la tête depuis des jours maintenant. Pourquoi lui ais-je demandé de m'épouser ? Pourquoi lui ais-je offert un travail bien payé ? Pourquoi lui ais-je pardonné son crime ? Pourquoi l'ais-je seulement épargnée ?

C'est vrai après tout, j'aurais pu la tuer lorsqu'elle a tenté de prendre ma bourse et tenté de me poignarder en constatant que je l'avais repérée et qu'elle avait échouée. Je n'ai eu aucune difficulté à la maîtriser, et ma monture exercée à ne pas être effrayée dans des situations bien pires que celle ci à assommé son loup qui grognait un peu trop fort d'un seul coup de sabot bien placé. Ils étaient tous les deux à ma merci, la jeune femme et sa bête, et ils venaient de tenter de me tuer, alors pourquoi n'ai-je pas pu me débarrasser d'elle ?

Je n'ai pourtant jamais eu peur de tuer... La première fois que j'ai tué un homme, j'avais douze ans. Un type du syndicat soul venait de rentrer dans la maison en ruine que nous prêtait l'organisation... une faveur pour remercier dame ma mère, la dernière héritière du marquisat de Castafol, de la continuité à de son soutient à son pays et à ceux qui le défendaient toujours... ce sale type qui puait l'alcool à voulu lui faire une autre sorte de faveur en l'obligeant à écarter les cuisses. Elle est morte le soir même, mais lui... lui est mort bien avant. Je n'avais que douze ans et je n'ai jamais regretté mon geste, ma main n'a pas tremblé, et elle ne l'a jamais fait non plus après...

A 15 ans je me bagarrais avec un type de mon groupe, après le pillage d'une caravane. Le butin était répartit équitablement, mais il voulait plus, et il avait essayé de se servir sur ma part... il n'a pas eu le temps de regretter son geste... le coup de poing qui lui a cassé le nez l'a aussi propulsé vers l'arrière, et il s'est fendu le crâne net contre un des gros rochers qui bordaient la route. Sa part fut pour moi.

A 18 ans, je dus tuer deux types qui se croyaient mes amis et avec qui je partageais ma chambre d'auberge miteuse, pour pouvoir prendre discrètement la fuite vers le sud dans la nuit... je les égorgeais proprement dans leur sommeil sans éprouver le moindre remord, après avoir trinqué avec eux plus tôt le soir même.

Après ça, je réintégrais l'Alliance par la voie de la rédemption... la voie du SI:7. Les morts que je provoquaient furent encore plus innombrables que durant mon enfance au sein du Syndicat. Et ce aussi bien en service qu'en dehors...

Depuis que nous sommes partis de Hurlevent, un nombre incalculable d'hommes, de nains, de gnomes, d'orcs, de morts vivants, d'animaux, et d'autres créatures plus ou moins vivantes sont devenus tout à fait mortes par ma seule et unique faute, et mis à part une ou deux pensées nostalgiques à l'égard de grands hommes qui se battirent à mes côtés ces sept derniers mois, je n'ai jamais rien regretté...

Alors POURQUOI ais-je retenu ma main ? Pourquoi n'ai-je pas pu me résoudre à tuer cette simple vagabonde... une femme des bois, et une voleuse de surcroit... qui a tenté de m'attaquer au cœur de MES TERRES, conquises à la sueur de mon front, et avec le sang de mes hommes... pourquoi ?

Je ne le comprends toujours pas... je sais juste que je vais l'épouser, très bientôt. Une cérémonie discrète, tout Lordaeron n'a pas besoin d'être au courant que j'épouse la première roturière venue que j'ai ramassée au bord de la route. Une cérémonie discrète mais une grande fête. Ce sera l'occasion pour les hommes de se détendre et de s'amuser un peu. Boire beaucoup, bien manger, faire la fête tout en scandant mon nom et celui de ma nouvelle femme... ça sera bon pour le moral des troupes. Je suppose.

... Je vais me marier... que la Lumière ait pitié de moi !
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Journal du Seigneur Lionheart   

Revenir en haut Aller en bas
 
Journal du Seigneur Lionheart
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Parodie - Journal intime d'un Chevalier
» Le Seigneur des Neaux
» Seigneur nain boosté défense, rentable ?
» Azov ou le journal d'un patriote.
» Seigneur vampire sur base de Sinople

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Maison du Coeur-de-Lion :: La Maison du Coeur-de-Lion :: Récit du Fort-du-Lion-
Sauter vers: