Maison du Coeur-de-Lion

Forum de la Maison du Coeur-de-Lion, guilde militaire et commerçante JdR sur Kirin Tor
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 L'Hommage pour l'Honneur

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jérémy Strabenolde

avatar

Messages : 175
Date d'inscription : 22/06/2013
Localisation : Alterac

MessageSujet: L'Hommage pour l'Honneur   Lun 28 Oct 2013 - 16:31

Au petit matin du jour qui suivit l'attaque de la Prison de Gardepierre, le seigneur Strabenolde se réveilla avec des maux de tête. Il commença difficilement par ouvrir ses paupières lourdes et réalisa lentement qu'il était dans une grande tente, totalement seul. Il se redressa de sa couche de bois couverte de fourrures animales chaudes et écarta de son corps le drap qui lui semblait être la cause de cette gène procurée par la chaleur. Mais ce n'était ni les fourrures épaisses ni son drap qui lui donnaient si chaud, il était juste encore probablement affecté par le traitement qu'il avait subit à la prison, à tel point qui ne se souvenait pas de grand chose, tout lui paraissait bien trouble, il n'était même pas sûr de savoir où il était.
Il resta nu, assis sur le coin de son lit, la tête entre ses mains à essayer de combler le vide dans son esprit, mais se rendant compte que ça ne menait à rien il se leva et se dirigea vers un petit meuble dans sa tente, sur lequel était posé un récipient d'eau tiède devant un miroir. Il plongea ses mains dans l'eau et arrosa plusieurs fois son visage avant de se regarder dans le miroir, il insista particulièrement sur une nouvelle cicatrice qu'il avait au front, quelques hématomes au visage et sa barbe qui était trop irrégulière à son goût.
Il abaissa son regard pour voir son corps, lui aussi fraîchement marqué. Il avait sans doute été battu lors de son emprisonnement, mais peu lui importait.

Le seigneur Strabenolde attrapa une lame adéquate laissée prêt du miroir et se mit à tailler sa barbe. Alors qu'il vit un homme vêtu d'une robe et du tabard de l'Armée du Lion traverser la toile à l'entrée de sa tente, il ne lui prêta aucune attention et poursuivait son rasage avec précaution, ne semblant vraiment pas gêné d'être ainsi nu comme un ver.
Le prêtre du Régiment Tonnerre n'était pas non plus gêné de le voir ainsi, puisque c'est lui qui l'avait déshabillé, soigné et couché, mais il déposa tout de même un froc lambda tout prêt de lui en le conseillant de se vêtir. Mais Armand n'avait pas froid, bien au contraire son mal-aise était du en parti à la chaleur, mais maintenant qu'il n'avait plus à chercher un pantalon de lui-même dans sa grande tente et qu'il était rasé, il enfila le bas et noua les lacets aux tibias et à la ceinture.
Le prêtre regardait si ses coutures avaient bien prises sur les cicatrices du seigneur, il observa attentivement les marques de coups et lui accorda quelques mots magiques pour faire passer en moins de cinq minutes son mal de crâne. Armand l'en remercia et exigea des explications sur ce qu'il avait raté, tout en enfilant une chemise, un gambison et des bottes, mais aussi une fourrure de chèvre par dessus ses épaules lorsque la chaleur qu'il ressentait s'estompa pour lui rappeler qu'il était au milieu d'Alterac, en plein automne.

Le soigneur du Régiment Tonnerre fini par tendre une lettre déjà descellée au seigneur Strabenolde, et lui rappela qu'il était quémandé de toute urgence au Fort-du-Lion pour son Hommage aux seins des Maisons du Lion. Il se rappela soudain de ce détail et s'empressa de sortir de la tente, il vit les nombreux hommes qui étaient déjà en train de défaire quelques unes des tentes et de préparer l'escorte, il n'aurait pas à donner ses ordres pour organiser un départ de toute urgence, les chevaliers Dariem, Melvard et Strabenolde avaient déjà prit l'initiative.

Au courant de la journée, les hommes de l'escorte levèrent les différentes bannières et se mirent en route pour le Fort-du-Lion.

_________________
Jérémy de la Maison Strabenolde, Marquis de Ferningham, Baron de Ballystone, Seigneur de Fort-la-Roche et Chevalier-Lion de la Maison Lionheart

« Forgé dans le froid, fièrement notre courroux s'abat. » - Devise de la Maison Strabenolde
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jérémy Strabenolde

avatar

Messages : 175
Date d'inscription : 22/06/2013
Localisation : Alterac

MessageSujet: Re: L'Hommage pour l'Honneur   Lun 28 Oct 2013 - 16:55

Le jour qui suivit son Hommage féodal, Armand se réveilla dans sa chambre au donjon, mais pas sur son lit, il c'était probablement écroulé avant de pouvoir l'atteindre. Le second cri du coq le força à se lever, et c'est là qu'il réalisa qu'il n'était ni paré de son armure, ni habillé simplement, ni nu, en fait il n'avait probablement pas non plus eu le temps de se défaire de son armure intégrale avant de s'endormir. Ces faits additionnés à son mal de crâne lui en disait gros sur sa soirée de la veille, il avait correctement fêté sa cérémonie.

Après s'être redressé, il se reprit et quitta la pièce après avoir fait sa toilette. Dans le donjon, il y avait les habituels soldat de la Garde du Lion qui patrouillaient et assuraient la sécurité du seigneur Lionheart et de son entourage proche, et eux ne semblaient pas dans le même état d'Armand, ils avaient toute leur tête et un sérieux irréprochable. Lorsque le seigneur Strabenolde arriva en dehors du donjon, il masqua d'abord le soleil levant avec sa main gauche, le temps de se faire à la lumière matinale. Quand ses yeux se mirent à distinguer nettement les formes, il observa son escorte, déjà en train de préparer tout ce qui serait nécessaire pour le voyage du retour, ils avaient mêmes obtenus quelques faveurs qui leur aiderait une fois de nouveau sur le front, bière, fourrures, capes, quelques pièces d'armures et des chevaux revigorer, à l'inverse des hommes encore en train de décuver.
Lorsqu'il descendit vers ses hommes, les soldats de l'Armée du Lion le saluèrent, il sentit alors son habituelle humilité écrasée sous le poids de la fierté, Armand était un homme modeste, mais il restait un Homme. Cette fierté le poussait à regarder de l'avant, laissant les regards se poser sur lui et toujours plus de soldats face à lui le saluer avec respect.
Dès qu'il arriva aux côtés de ses hommes, il commença par enlacé son fils, Jérémy, sans ajouter un mot, tout était dans le geste. Il posa sa main sur son épaule et lui sourit tandis que son fils le salua d'un geste de tête. Armand le stoppa dans son geste, l'humilité avait reprit le dessus, il fit de même avec les chevaliers Falendrac Melvard et Théobalt Dariem lorsqu'il allèrent révérencer devant leur seigneur.

Quelques temps plus tard, après que toute l'escorte est été fin prête, que les adieux aient été faits et que les chevaux aient été montés, encore une fois les bannières aux couleurs de la Maison Lionheart, de la Maison Strabenolde et de la Maison d'Althain se levèrent vers le ciel gris des maleterres, et les cavaliers quittèrent le Fort, en direction de la proche frontière vers Alterac.

_________________
Jérémy de la Maison Strabenolde, Marquis de Ferningham, Baron de Ballystone, Seigneur de Fort-la-Roche et Chevalier-Lion de la Maison Lionheart

« Forgé dans le froid, fièrement notre courroux s'abat. » - Devise de la Maison Strabenolde
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jérémy Strabenolde

avatar

Messages : 175
Date d'inscription : 22/06/2013
Localisation : Alterac

MessageSujet: Re: L'Hommage pour l'Honneur   Lun 28 Oct 2013 - 17:31

C'est à la première pause au courant de l'après-midi, alors que les hommes se réconfortaient dans le froid par un petit casse-croûte, quelques blagues et de la bière chaude, que le seigneur Armand Strabenolde, le dos posé contre un énorme rocher, assis dans la neige, et regardant depuis une colline l'horizon tout en caressant de ses doigts les flocons qui venaient se poser dans la paume de sa main, qu'il songeait à la suite de la campagne rebelle qu'il dirigeait.
Lorsqu'il retourna sa tête pour voir son fils qui riait des blagues des soldats, il ne pouvait l'imaginer mort mais pourtant le craignait, la guerre faisait des morts et c'était inévitable qu'il y en est. C'était infâme de penser qu'il n'avait pas beaucoup d’intérêt pour les soldats dont il ignorait tout mais c'était d'une certaine façon vrai. Il avait été un guerrier et un meneur d'hommes toute sa vie, mais "voir la mort n'est rien pour un homme qui ne se soucie pas des sentiments" pensait-il, comme son Maître d'Armes lui avait souvent répété jadis. Voir des soldats mourir l'affligeait au niveau des chiffres qui constituaient la Résistance et ses alliés, mais voir un proche mourir était une étape difficile.
A y repenser, son fils était là de son plein gré, tout comme son second fils, Benjamin, avait préféré de pas se mêler à ce combat. Armand savait ce que c'était que de sentir son propre regard se vider, son cœur ralentir lentement et son cerveau nous faire rejouer les pires et les meilleurs moment de sa vie pour nous apaiser, ou nous torturer; Et il ne souhaitait ça à personne, pas même à Tobias. Le Baron de Westowl aussi était un guerrier, et il avait un avantage sur Armand, c'est qu'aucun sentiment ne pourrait l'affaiblir car il n'en n'avait guère. Presque quarante ans et ni femme, ni enfant, pas de famille et très peu d'amis, William était certes moins affecté par la tristesse et le chagrin, mais il était à l'instant présent destiné à mourir seul. Çà ne réconforta pas Armand de savoir que William mourrait probablement sans personne pour le pleurer, et c'était faux puisque lui serait le premier à le faire, mais il se rappela tout de même que lui avait une famille et qu'en un sens, l'amour était sa force. Il se battait pour sa famille et sa maison, pas pour lui. S'il avait été seul, il se serait une fois encore tranché les veines car il n'aurait plus eu de raison de se battre.

« L'amour est un idéal, même pour quelqu'un qui peine à se construire, et à devenir un homme droit et dur. »

Il se releva et siffla, à l'instant même les soldats finirent rapidement leurs chopes, leurs cuisses de cochon et leur pain, ils étouffèrent le feu et se remirent en selle. Tandis qu'Armand replaçait ses gantelets de plaques d'acier argentées et ornées, lee chevalier Falendrac Melvard apporta lui son destrier par les rennes. Le seigneur Strabenolde l'en remercia avant que lui-même n'aille jusqu'à sa monture. Il regarda Empereur, son magnifique cheval palomino qui l'accompagnait sur les champs de bataille depuis plus de 17 ans. Il installa sur son crâne son imposant casque et plaça correctement sa cape de soie bordée de fourrure et brodée à l'emblème de la Maison Lionheart et regarda Empereur dans les yeux, pensant au fait que lui aussi lui était cher, et pourtant il n'avait pas hésité pendant prêt de deux décennies à l'emmener en guerre.
" Tu es un brave combattant, Empereur, et un être qui m'est précieux, saches-le " annonça-t'il à son cheval au travers de son heaume qui aggravait sa voix, il lui caressa le crâne et alla le chevaucher.


Quand le seigneur se mit au trot, sans un mot, l'escorte était déjà en train de le suivre, poursuivant leur route vers le Marquisat de Ferningham.

_________________
Jérémy de la Maison Strabenolde, Marquis de Ferningham, Baron de Ballystone, Seigneur de Fort-la-Roche et Chevalier-Lion de la Maison Lionheart

« Forgé dans le froid, fièrement notre courroux s'abat. » - Devise de la Maison Strabenolde
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jérémy Strabenolde

avatar

Messages : 175
Date d'inscription : 22/06/2013
Localisation : Alterac

MessageSujet: Re: L'Hommage pour l'Honneur   Mar 29 Oct 2013 - 23:57

Au courant de la journée du lundi, après une nuit bien froide passée dans les sommets nord-est alterans, les soldats qui revenaient du château du Coeur de Lion virent enfin les premières bannières de la Maison Strabenolde et des Maisons du Lion plantés dans le sol, entre la neige et le roc. Ils tapèrent une dernière accélération pour monter une colline rocheuse et arrivèrent au sommet de cette plateforme qui surplombait le campement de la Résistance de Ferningham. Le seigneur Armand Strabenolde était en tête, dressé fièrement sur son destrier à contempler ses soldats, et ceux de l'Armée du Lion. Un jour prochain viendrait où il serait le marquis de ces terres et n'aurait pas sous son contrôle que des villes de rebelles et des campements de soldats résistants, mais tout l'horizon jusqu'aux frontières du Marquisat de Ferningham.

Après avoir défait de son crâne son heaume d'acier, il fit cabrer son cheval, maintenant à une main les rennes de cuir, et de l'autre fit gronder son cor pour s'annoncer. Puis lui et son importante escorte vinrent rejoindre le campement.
Armand s'empressa de rejoindre la tente d'Etat-major, dont l'entrée était protégée par deux lanciers un peu détendus, mais qui se redressèrent immédiatement en le voyant arrivé, aussi imposant était-il du haut de ses presque deux mètres et son armure de plaques, avec ses trois chevaliers, ser Dariem, ser Melvard et son fils ser Strabenolde, les officiers de la Résistance et ceux de l'Armée du Lion le saluèrent de façon correct, il était attendu. Ceux-ci étaient déjà dans la tente d'Etat-Major avec le Baron de Westowl, autour d'une table sur laquelle une carte du domaine était déroulée et maintenu dépliée par des bougies éteintes et des poids adéquats.
Armand salua lui aussi et s'avança, il confia sa cape à un soldat dans la tente, il posa son heaume sur la table et étudia lui aussi la carte.

Après prêt de deux heures passées dans la tente d'Etat-Major, le seigneur Strabenolde et le reste des participants à cette réunion rejoignirent leurs tentes respectives.
Il avait été conclu qu'encore le reste de cette journée serait repos pour les hommes, et qu'à partir de demain matin, mercredi 30, il faudra lever le camp vers le sud, traverser la forêt d'Eternel-Snow et se rendre jusqu'à la Baronnie de Fort-la-Neige, le domaine le plus en altitude, et donc le plus frais, de tout le Marquisat, dés la soirée, un groupe sera envoyé en reconnaissance à la châtellenie de Khevian pour observer la situation locale des habitants, et au plus vite la résistance prendra le contrôle de la ville et de la seigneurie de Fort-la-Neige pour la suite des opérations.
Durant la conférence des officiers, il avait été aussi précisé que tantôt un riche gilnéen, représentant de la famille Verteramure, se joindrait à la résistance pour assister "plus physiquement" à la campagne de conquête du Marquisat de Ferningham.

_________________
Jérémy de la Maison Strabenolde, Marquis de Ferningham, Baron de Ballystone, Seigneur de Fort-la-Roche et Chevalier-Lion de la Maison Lionheart

« Forgé dans le froid, fièrement notre courroux s'abat. » - Devise de la Maison Strabenolde
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L'Hommage pour l'Honneur   

Revenir en haut Aller en bas
 
L'Hommage pour l'Honneur
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Pour revenir à notre chère guilde, et sortir de Warhammer
» En l'honneur de mon village
» [Conseil] Match de la Montée pour l'honneur
» HOMMAGE POUR LA MAMAN DE NOTRE UNIVERS
» Une messe pour le repos d'une âme

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Maison du Coeur-de-Lion :: La Maison du Coeur-de-Lion :: Récits de la Campagne de Ferningham-
Sauter vers: