Maison du Coeur-de-Lion

Forum de la Maison du Coeur-de-Lion, guilde militaire et commerçante JdR sur Kirin Tor
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 La Résistance de Ferningham (à faire vivre par qui le souhaite)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jérémy Strabenolde

avatar

Messages : 175
Date d'inscription : 22/06/2013
Localisation : Alterac

MessageSujet: La Résistance de Ferningham (à faire vivre par qui le souhaite)   Dim 22 Déc 2013 - 2:33

« Droite, gauche, droite, gauche, droite, estoc ! Rengainez. »

Aussi tôt qu'il eu terminé de crier ses ordres et d'agiter son épée au sens de ses mots, Armand Strabenolde rengaina son épée dans son fourreau de cuir, à sa ceinture, et contempla les hommes, en rang face à lui, faire de même.
Depuis dix jours qu'ils étaient à Casteluif, les soldats effectuaient des entraînements visant à les spécialiser, les renforcer, et augmenter leurs aptitudes martiales et militaires. Les archers recevaient conseils des meilleurs d'entre eux, les ingénieurs et saboteurs commençaient à créer des explosifs grâce à la poudre à canon venu de Hurlecor, les soldats d'infanteries perfectionnaient leur maîtrise des formations, les soldats de l'Escadron du Crâne de Fer profitaient d'un entraînement intensifs, que le Capitaine Rios Kenvich leur réservait bien à eux tandis que les gardes et les prisonniers de Gardenuit devenaient doucement - mais surement - de véritables soldats.
Avec ceci, un bon nombre d'armes, d'armures, de consommables et d'utilitaires venaient d'arriver à Casteluif, c'était le résultat de l'effort de guerre des châtellenies et seigneuries résistantes. Grâce aux nouvelles armures, les soldats qui étaient encore bien ridiculement vêtus pour la guerre purent s'équiper d'effet de bataille assortis, de capes de laine ou de fourrures et de tabards noirs au hibou doré.

Armand se rendit dans la Cathédrale de Casteluif, il se mit à genou devant l'autel qui se tenait devant lui, haut sur quelques marches, il sorti son épée de son fourreau et en posa le bout de la lame sur le sol, tenant à deux mains la poignée de bois et d'or.
Il pria. D'abord pour la Résistance de Ferningham, puis il pria pour sa famille.

Il se redressa et s’emmitoufla dans sa grande cape de laine recouverte de fourrures de loups, pour sortir de la Cathédrale. Nous étions samedi, il était dix-huit heure mais faisait déjà nuit, la neige de l'hiver alteran tombait sur les pavés de Casteluif. Le seigneur Strabenolde avait froid même ainsi vêtu, et le pire de l'hiver était à venir, ce n'était pas ce moins quinze degrés qui devrait l'effrayer, et pourtant il était gelé, et avait bien peur pour ses orteils.

_________________
Jérémy de la Maison Strabenolde, Marquis de Ferningham, Baron de Ballystone, Seigneur de Fort-la-Roche et Chevalier-Lion de la Maison Lionheart

« Forgé dans le froid, fièrement notre courroux s'abat. » - Devise de la Maison Strabenolde
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jérémy Strabenolde

avatar

Messages : 175
Date d'inscription : 22/06/2013
Localisation : Alterac

MessageSujet: Re: La Résistance de Ferningham (à faire vivre par qui le souhaite)   Mer 1 Jan 2014 - 2:35

Au matin du dernier jour de l'an trente-trois, tout les soldats en réserve à la seigneurie de Casteluif devaient défaire le campement et se préparer au départ qui suivrait le déjeuner.
A neuf heure le jour n'était pas encore flagrant mais pourtant les hommes étaient levés depuis trois heures, alors ils avaient bien mérités leur pause. Et pendant ce temps une partie de l'Etat-major était encore dans la caserne de Casteluif, autour d'une carte du marquisat à discuter de comment rejoindre Fort-la-Roche, dans la Baronnie de Casteluif, en évitant au possible les ogres et les champs de roches redoutables.
Le Seigneur Tharen du Val était silencieux, il mourrait de froid même à l'intérieur de la caserne et de toute évidence ne connaissait rien au domaine, il préférait laisser parler les connaisseurs. Le Seigneur Strabenolde et son chevalier, Ser Théobalt essayaient de trouver dans le bâtiment des cartes plus précises des fiefs, mais c'était chose impossible.
Et pendant ce temps d'autres officiers, chevaliers et nobles essayaient d'élaborer une stratégie qui permettrait de rapidement intervenir en cas d'attaque d'un groupe d'ogres, qui sont des adversaires particulièrement puissants malgré leur intellect pitoyable.

Beaucoup plus tard, après que tout le travail de préparatifs au départ furent achevé, aux alentours de midi, c'était la pause déjeuner. Le seigneur Armand Strabenolde et le baron William de Westowl mangeaient ensemble. Le premier était couvert de ses vêtements chauds, de deux couvertures, d'une cape de laine et de deux peaux de mouton, tandis que le second se contentait d'une peau de loup, et même s'il avait froid, il ne le faisait pas remarquer. Ils passaient tout deux leur temps à se parler et à rire, comme le faisait tout le monde, car ils profitaient des derniers moment de calme avant de devoir traverser des vastes terrains rocheux et difficile sous cette température quinze fois négative, sous la neige et parfois la grêle, avec des risques de se faire attaquer par des ogres.
Les seigneurs avaient fini de manger, alors ils se rendirent à la Cathédrale pour faire sonner la cloche de Casteluif. La pause était finie.

En route.

_________________
Jérémy de la Maison Strabenolde, Marquis de Ferningham, Baron de Ballystone, Seigneur de Fort-la-Roche et Chevalier-Lion de la Maison Lionheart

« Forgé dans le froid, fièrement notre courroux s'abat. » - Devise de la Maison Strabenolde
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jérémy Strabenolde

avatar

Messages : 175
Date d'inscription : 22/06/2013
Localisation : Alterac

MessageSujet: Dans les Cimes d'Alterac   Dim 2 Fév 2014 - 19:16

Le passage des hauts-monts de Nadherion était connu pour être un enchaînement de cols et de passes entre les montagnes est de la chaîne de montagnes d'Oro, au nord de la Baronnie de Ballystone.
Même si ce passage était dangereux, c'était le seul moyen de faire déplacer l'armée sans être à portée de vue des tours de guet de Ferningham et du Mur-du-Duc.

Le départ c'était fait deux jours auparavant, le mercredi 15 janvier. Les renforts, soit les régiments du Bois et Hermon étaient venus s'annexés sur la route avec les forces armées des Maisons du Lion et de la Résistance de Ferningham.
Aujourd'hui, et comme depuis plus de vingt-quatre heures, les soldats traversaient presque en file indienne le semblant de chemin qui traversait ou escaladait les montagnes. Dans les hauteurs d'Alterac, le froid glacial de l'hiver pénalisait la marche déjà difficile. Il n'y avait pas seulement le givre sur la roche qui avait fait glisser prêt de la moitié des soldats, qui avait causé des foulures voire des blessures plus graves, mais il y avait aussi cet air givrant qui gelait le contenu des gourdes, qui engourdissait les hommes et les chevaux, qui avaient beaucoup de mal à passer.

Le Seigneur Armand Strabenolde ne marchait pas en tête, il était au milieu de la foule de soldats avec son fils Jérémy et Soeur Allyson de Sacrefileld. Pour éviter que son armure ne gèle, il portait trois capes dans lequel le seigneur altéran était entièrement emmitoufler mais mourrait de froid malgré cela.
Les éclaireurs revenaient vers le seigneur Strabenolde.

- « Depuis le haut de ce mont, Khasemburg est en vu, mon seigneur. » annonça l'un d'eux après avoir salué.
- « Il est grand temps ! » gronda le Baron de Westowl qui marchait juste quelques pas devant.
- « Soeur Allyson, l’Évêque Gilderoy MacLeod soutient la résistance ? » demanda Armand depuis le dessous d'une de ses capes.
- « Il sert la famille Strabenolde depuis trois générations, même si beaucoup disent de lui qu'il est sénile et ne reconnait plus ses amis de ses ennemis, je suis persuadée que l’Évêque ne sera pas votre ennemi. »
Le Seigneur Strabenolde hocha la tête et se contenta de cette explication.

La marche continua encore quelques heures au rythme d'une pause de dix minutes toutes les heures, où les blessés étaient soignés, où l'on se réchauffaient et où de la glace était fondue pour que certains hommes puissent étancher leur soif.
Quelques hommes vinrent à décéder sous le froid, ils firent laissés sur place sous des blocs de neige et de roches. Deux soldats et un cheval avaient même chutés de trop haut pour survivre.

La fin du passage s'annonça lorsque le magus Berriok, qui marchait presque en tête de groupe cria « La Cathédrale de Khasemburg est droit devant ! ».

_________________
Jérémy de la Maison Strabenolde, Marquis de Ferningham, Baron de Ballystone, Seigneur de Fort-la-Roche et Chevalier-Lion de la Maison Lionheart

« Forgé dans le froid, fièrement notre courroux s'abat. » - Devise de la Maison Strabenolde
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La Résistance de Ferningham (à faire vivre par qui le souhaite)   

Revenir en haut Aller en bas
 
La Résistance de Ferningham (à faire vivre par qui le souhaite)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [sims 3] Existe-t-il un mods pour faire vivre les ado seul ? (résolu)
» [Arlequin - Récit - A faire vivre] Détresse
» [A faire vivre] Carnet de dessins d'Yvengel Wercer
» [A faire vivre] L'effondrement
» [A faire vivre] Album à Gnomo-Photos : Le Vieux Forgefer

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Maison du Coeur-de-Lion :: La Maison du Coeur-de-Lion :: Récits de la Campagne de Ferningham-
Sauter vers: